D’où viendra le réveil du cinéma africain ?

A lire

Samia Nkrumah, fille de Kwame Nkrumah et première femme à diriger un parti politique au Ghana

Samia Yaba Christina Nkrumah (née le 23 juin 1960)  est une politicienne ghanéenne et présidente du Parti populaire de...

Rencontrez l’entrepreneur de 9 ans qui a ouvert un café pour les personnes handicapées

À tout juste 9 ans, Camden Myers n'est pas seulement un entrepreneur, il est également le fondateur de Cam’s...

Les 10 plus riches afro-américains au Congrès des Etats Unis

Chaque année depuis 1990, Roll Call a examiné les déclarations financières de tous les sénateurs, représentants et délégués des...
tanokanhttp://www.afronow.com
Bloggeur, freelance writer, astronome amateur, Alexandre Koffi aborde dans ses publications des sujets traitant de la pensée créatrice, du leadership et de l’entrepreneuriat. Vous pouvez lui faire un feedback sur ses articles en lui écrivant à alex(at)alexandrekoffi.com .




Au Festival du film francophone d’Angoulême, qui s’est achevé le 26 août, on rendait hommage « au cinéma africain ». Parmi les réalisateurs invités, Fanta Régina Nacro, auteure d’un film très marquant, La Nuit de la vérité. La cinéaste burkinabé y met en scène les luttes fratricides entre factions armées qui ont déchiré l’Afrique de l’Ouest à la fin du XXe siècle. Son film est sorti en 2004, C’est le dernier en date de sa filmographie.

Depuis, elle a tourné des courts-métrages de service public – contre la violence conjugale, pour la prévention du sida – et elle travaille sur un autre scénario. Comme la plupart de ses collègues burkinabé ou maliens, Gaston Kaboré, Idrissa Ouedraogo, Cheick Oumar Sissoko, Souleymane Cissé, Fanta Régina Nacro a été prise dans le naufrage du cinéma d’Afrique occidentale francophone, survenu à la fin du XXe siècle. A Angoulême, les films présentés avaient souvent plus de quinze ans.

Pourtant la réalisatrice ne baisse pas les bras. Elle est lucide sur les raisons du marasme. L’argent public français s’est tari et l’Europe n’a pas pris le relais. Soucieuses de défaire tous les liens qui avaient tissé la « Françafrique », les institutions françaises ont préféré aider « le Sud » plutôt que « l’Afrique », au bénéfice de cinémas d’Amérique latine ou d’Asie.

Le gouvernement burkinabè, comme tous ceux de la région, a d’autres priorités que la culture, et les aides publiques accordées au temps…

Lire la suite sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/27/d-ou-viendra-le-reveil-du-cinema-africain_4477327_3234.html

- Advertisement -
- Advertisement -

Articles récents

Samia Nkrumah, fille de Kwame Nkrumah et première femme à diriger un parti politique au Ghana

Samia Yaba Christina Nkrumah (née le 23 juin 1960)  est une politicienne ghanéenne et présidente du Parti populaire de...

Rencontrez l’entrepreneur de 9 ans qui a ouvert un café pour les personnes handicapées

À tout juste 9 ans, Camden Myers n'est pas seulement un entrepreneur, il est également le fondateur de Cam’s Coffee Creations. Le natif de...

Les 10 plus riches afro-américains au Congrès des Etats Unis

Chaque année depuis 1990, Roll Call a examiné les déclarations financières de tous les sénateurs, représentants et délégués des États-Unis afin de déterminer les...

Etats Unis: Mellody Hobson promue co-CEO de Ariel Investments et devient l’actionnaire majoritaire de la firme

Après avoir démontré un sens aigu des affaires et un leadership remarquable chez Ariel Investments L.L.C, depuis près de 30 ans, Mellody Hobson est...

Ronke Bamisedun, CEO and fondatrice de Brand We Love (BWL) Agency (Nigéria)

A seulement 31 ans, Ronke Bamisedun est la PDG et fondatrice de Brand We Love (BWL) Agency, une firme de relations publiques basée à Lagos et...
- Advertisement -

Articles similaires

- Advertisement -